98. L’Insensiblement n’a pas d’essence, hors de ce qu’il indique d’emblée, le sens qu’on lui prête d’être

          

         

           L’Insensiblement s’oppose farouchement à la catégorie, laquelle, du seul fait de « l’arrêt sur image » qu’elle crée, surfixe et surévalue à tort ce qui ne devrait même pas être un objet examiné…

          L’Insensiblement est le passage très lent et en principe sur la durée très longue, d’une chose à une autre, d’un état à un autre. En géologie, la transformation d’une espèce de roche donnée en une autre espèce répertoriée, s’étale sur des millions d’années…

          Le processus transformationnel des choses, là comme ailleurs, est un balayage infini.

         La catégorie d’objets dont procède aussi Le Concept, donne momentanément du sens à ce qu’est un état tout en refusant ce qu’est son contraire, le mouvement définitif.

         Or, des états successifs et itératifs, aussi profus, aussi étirés soient-ils sur la durée, et à cause du mode opératoire saccadé fait d’à-coups par arrêt sur scène à chaque fois, qu’ils induisent, ne peuvent simultanément, rendre compte du mouvement ininterrompu, entendu, lui, comme un flux de changements d’états, cette teneur véritable de l’Univers, de ce en quoi, « chargé de ses contenus », il consiste en fait par le médium de la Pensée.



                                                                                                Guy Paradoxe
                                                                                                                                                                
                                                                                                                                                                              Rédigé en 2016


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'auteur sera heureux de recueillir votre commentaire substantiel à l'exclusion d'une formule de trois mots qui est sans intérêt.