5. Argumentaire sur la teneur du Réel.

    

Niveau de consistance ?  



     Au-delà du réflexe irrépressible pour lui donner sens, le discours organisé sur les choses de l’Univers Entier ou de ses myriades de manifestations incluant ce qu’on veut bien appeler notre monde et le réel qui s’y trouve accolé, ces manifestations, depuis les plus ordinairement banales, ce discours donc, se résume à chaque fois à une séquence d’indétermination totale, ou encore, de réversibilité de la perspective proposée.
                                                                                                            

            Cela est dû au fait que, ce que l’on nomme ordinairement « la définition » comme point de fixation ou d’enracinement inamovible, c’est-à-dire, en somme, le sens du mot, du plus petit élément élémentaire et sémantique de langage ou même de l’unité servant à construire la chaîne parlée de langue, n’est lui-même et à cause de son essence irréductible, d’entrée de jeu et avant même que l’Idée ne se forme, pas univoque ou pas unitaire, mais pluriel ou implicitement sécable par dédoublement-divergence de son propre terme.

            Le réflexe irrépressible dont il est question provient lui-même de la pré-programmation de l’esprit humain en vue de transformer de façon irrédentiste mais à tort, en une chaîne de cause à effet, tout ce qui Est ou doit Etre Là, et perceptible dès l’origine, potentiellement ou en vrac. C’est essentiellement là que réside la triste condition ignorée de l’Humain.

            Par ailleurs, les catégories de l’entendement sont fausses en permanence, à tout moment, caractérisant seulement le momentané de la croyance, ceci à cause précisément du caractère tranché de ce qu’elles déterminent ou de leur détermination même. Au fil des heures et à partir de ce que chacune d’elles connote, elles se réinvestissent toutes, à un instant ou un autre, dans leur strict contraire, comme ce que figure un double d’elles-mêmes que chacune porte en négatif de sa propre image.

                                                                                   Guy Paradoxe

                                                                                         Rédigé en 2012
    

                                                                                                                     



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'auteur sera heureux de recueillir votre commentaire substantiel à l'exclusion d'une formule de trois mots qui est sans intérêt.