Chez Molière

" (…) je suis revenue (...) de toutes mes folles pensées ; ma retraite est résolue, et je ne demande qu'assez de vie pour pouvoir expier la faute que j'ai faite, et mériter, par une austère pénitence, le pardon de l'aveuglement où m'ont plongée les transports d'une passion condamnable ".

***

 " C'est une nouveauté sans doute assez bizarre,
Que deux rivaux si bien unis.
- Il est vrai que la chose est rare (...) ".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'auteur sera heureux de recueillir votre commentaire substantiel à l'exclusion d'une formule de trois mots qui est sans intérêt.